interviews

Interview de Charlotte Adam -« Tuer n’est pas vivre » 07112018

Bonjour les addictes, nous avons eu le plaisir d’interviewer Charlotte Adam, que nous avons découvert avec « Tuer n’est pas vivre ». 

Voici donc sans plus attendre son interview, n’hésitez pas à lui poser des questions en commentaires !

1/ Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Assez jeune (vers les dix ans). J’aimais les mots et, depuis toute petite, je ne cessais d’inventer des histoires, des personnages, des situations qui peuplaient mes jeux d’enfant. Un jour j’ai eu, presque naturellement dirais-je, envie de les écrire… J’ai commencé par de courts textes, des nouvelles, sur les animaux, mon chat, des personnages imaginaires, tout y passait !

2/ Avez-vous déjà eu un journal intime, des carnets où vous releviez des citations, des pensées, etc.

Non, ce qui s’en approchait le plus c’était des poésies écrites à l’adolescence sur mes états d’âme et ressentis du moment.  Les émotions que je ne pouvais confier à personne, je les écrivais.

3/ Écriviez-vous des choses que vous ne montriez à personne ?

A la fin de l’adolescence j’ai commencé à écrire des textes que je ne montrais pas, trop personnels peut-être,ou alors était-ce une manière de me construire, de me chercher, en toute indépendance ?

4/ Comment vous est venue l’idée de publier ?

Après une période compliquée, où je cherchais du sens à ma vie. Une grosse déprime, un passage à vide. Une psy m’a demandé « qu’est-ce qui vous tient vraiment à cœur dans l’existence ? » et j’ai répondu du tac au tac « écrire ». Cela faisait des années que je continuais à écrire mais je n’en avais parlé à personne, je n’envisageais pas de publier car j’écrivais d’abord pour moi, pour me faire plaisir. La psy m’a dit « il faut que ça sorte, faites-en quelque chose, pourquoi ne pas partager votre plaisir d’écrire avec des lecteurs ? ». J’ai sauté le pas.

5/ Comment êtes-vous entré en contact avec l’éditeur pour publier votre premier livre ?

Je suis en auto-édition, j’ai contacté d’abord des éditeurs mais n’ai pas eu de retours (ou alors des réponses négatives). Et en parallèle j’ai échangé avec des auteurs sur des forums, des blogs, j’ai vu toutes les limites imposées par le monde de l’édition traditionnelle. J’avais commencé à écrire par passion, en toute liberté, je veux désormais continuer ainsi.

6/ Avez-vous déjà publié sous pseudonyme ? Pour quelle raison ? Pourquoi aviez-vous choisi ce pseudonyme ? Quand avez-vous arrêté de publier anonymement ? Pour quelle raison ?

Mon nom « Charlotte ADAM » est un nom de plume. Je sépare mes deux vies, ma vie« professionnelle et perso » et ma vie d’écrivain. Ça me permet de conserver une bulle. D’ailleurs, beaucoup de mes proches ne savent pas que j’écris et je veux que cela continue ainsi. J’ai choisi mon pseudo pour le prénom en hommage à mon grand-père décédé (Charles) et le nom « ADAM » parce qu’il symbolise le commencement.

7/ Avez-vous participé à des concours littéraires ? Avez-vous reçu des prix ?

Pas pour l’instant, mais je pense y venir.

8/ A partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile (plus difficile) de publier ensuite ?

J’ai sorti le tome 2 de ma série« Tuer n’est pas vivre » en septembre 2018, le tome 1 était sorti en juillet 2017. Ça a été plus facile en effet pour le 2, parce que je connaissais la procédure à suivre, les ressources à utiliser, les démarches à faire. Mais c’est vrai que pour le 1er tome, ça a été un vrai parcours du combattant !

9/ Pour ceux et celles qui ont fait l’expérience de l’autoédition : comment avez-vous diffusé l’ouvrage ? Où l’avez-vous diffusé ? Pourquoi avez-vous publié en autoédition ?

Je publie en auto-édition pour garder mon autonomie et ma liberté de plume. Je publie sur Amazon (avec AmazonKDP) et sur Kobo. Je cherche actuellement d’autres plateformes de diffusion pour essayer de toucher le plus de lecteurs possibles.

10/ Où peut-on trouver vos livres ? Vos livres se trouvent-ils en librairie et savez-vous lesquelles ? A combien d’exemplaire vos livres ont-ils été tiré ? Et certains ont-ils été réédités ?

Actuellement sur Amazon et sur Kobo. Ils ont été un temps dans une librairie qui mettait en avant les auteurs auto-édités mais celle-ci n’est plus en activité désormais.

11/ Est-ce que vous avez des amis(ou des connaissances) écrivain(e)s ?

J’ai rencontré sur Facebook beaucoup d’auteurs (dont la plupart en auto-édition) et cela permet de faire de réels échanges sur nos problématiques communes, de donner des avis, de se soutenir…

12/ Quel est le titre de votre premier livre ? Quand l’avez-vous publié ? Pouvez-vous me parler en quelques mots de chacun des livres que vous avez publié (ou s’il y en a trop,de quelques-uns de votre choix) ?

Mon premier roman s’intitule« Tuer n’est pas vivre », il a été publié en juillet 2017. C’est un polar avec une histoire de séduction, pas mal d’action et du suspense.

En voici le résumé  :  New-York, de nos jours.Depuis des années Wade mène une vie où l’argent et le sang se mêlent quotidiennement. Une vie dans laquelle aucune attache n’est possible, et où la fin peut survenir à tout moment. Wade l’a accepté depuis longtemps.  Lorsqu’il renoue le contact avec un vieil ami, restaurateur italien membre de la mafia et père de la jeune et fantasque Marina, Wade est entraîné dans des milieux qu’il connaît bien mais où cette fois sa vie ne sera pas la seule en jeu. Danger et manipulation ne viennent pas forcément de là où on les attend et, quand l’attirance se mêle au doute, Wade devra choisir entre ce que lui dicte son instinct et un ultime désir d’une autre vie.

J’ai sorti le tome 2 en septembre 2018.

13/ Est-ce que vous avez écrit ce livre pour une occasion particulière ou pour témoigner de quelque chose en particulier ?

Non. J’ai commencé à écrire le tome 1 de « Tuer n’est pas vivre » il y a 4 ans, je l’ai laissé de côté, j’y suis revenue… Et puis je me suis décidée à le finaliser.

14 / Vouliez-vous devenir écrivain(e) quand vous étiez petit(e) ? Être écrivain, pour vous, c’est plus un métier ou une passion ?

C’est une passion, un besoin même. J’ai toujours eu cette envie passionnée d’écrire, d’imaginer, mais je n’ai pas pensé en faire un métier, sans doute parce que je voulais que cela reste un plaisir et garder ma liberté. Mais attention, cela ne signifie pas que je travaille toujours avec application avant de faire paraître un roman, je suis très perfectionniste, même dans mon hobby !

15/ Avez-vous d’autre(s)passion(s) que l’écriture ?

La nature, les animaux, les voyages. Et la lecture bien entendu !

16/ Où écrivez-vous ? A quel moment de la journée ? Combien de temps consacrez-vous à l’écriture ?

Aucune règle en ce domaine, je peux écrire à mon ordinateur ou griffonner des idées ou des passages sur un coin de feuille dans les transports ! Je peux écrire trois ou quatre heures dans une même journée, ou bien ne rien écrire pendant plusieurs jours, voire semaines (c’est rare). C’est l’inspiration, l’envie, qui guide ma plume. Quand une idée se présente, j’essaie de la saisir au plus vite, quitte à la retravailler ensuite.

17/ Quel est votre livre préféré ?

Le Seigneur des anneaux de JRR Tolkien. Un immense morceau d’aventure, d’héroïsme, de spiritualité, truffé de références mythologiques et de linguistique, un monde à part entière !

18/ Où trouvez-vous votre inspiration ?

Dans ma tête, je vois l’histoire se dérouler devant mes yeux un peu comme un film (beaucoup de lecteurs m’ont d’ailleurs dit qu’en me lisant ils avaient cette sensation de regarder un film,que c’était très visuel). Parfois je trouve les idées dans une situation que je vis, une émotion qui me submerge, une expérience.

19/ Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Non, c’est de la fiction, même si je fais des recherches pour pouvoir être cohérente. Mais je mets un peu de moi, de mon caractère, dans chacun de mes personnages.

20/ Improvisez-vous au fil de l’histoire ou connaissez-vous la fin avant d’écrire ?

J’improvise beaucoup ! J’écris des passages, pas toujours dans l’ordre chronologique, que je retravaille ensuite et que j’organise. J’ai des idées pour ce qui va arriver ensuite mais je ne connais pas toute la fin. Et parfois, en cours d’écriture, je change de direction, je fais évoluer mon idée de départ.

Retrouvez ici notre chronique du Tome 1 : cliquez ci-dessous

Merci à Charlotte Adam pour cette interview, nous espérons lire le tome 2 prochainement.

A bientôt !

Justine et Séverine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.